La guilde qui sent bon le chocolat
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)

Aller en bas 
AuteurMessage
Andaine
₪ Wagna Sympathique ₪
₪ Wagna Sympathique ₪
avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Age : 28
Localisation : Plus par ici que par là..
Humeur : Instable
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Jeu 5 Juin - 11:07

(Bonjour, je me présente :Andaine pour vous servir ! (à quoi, je ne sais pas..)
Je suis une petite crâette débutante en rôle play qui audacieusement se permet de déposer ici son premier back-ground en vue d'une intégration à la guilde (vous ne vous en doutiez peut-être pas..). Ce torch..hum cette œuvre remarquable à la portée intellectuelle , philosophique et spirituelle incontestable et à l'orthographe impeccable (Si les fautes valaient des kamas je serai riche !) que je vous livre ici est la première du genre et à été spécialement (et laborieusement écrite) pour ma candidature ici. Sur-ce, bonne sieste..pardon, lecture !)


La nuit tombait sur le cimetière d'Amakna. Le ciel, d'un mauve orageux grouillait de corbacs tournoyant dont les cris rauques faisaient fuir les derniers aventuriers . Des arbres morts aux banche crochus émergeaient d'une brume diaphane tels des ectoplasmes, à leur cime, des tofus maléfique entamaient un requiem de leur chant grave et caverneux. Hors les cliquetis des groupes de chafers patrouillant sur ce lieu évité par les vivants,on entendait clairement l'écho d'un outil creusant dans la terre sèche et stérile.
Dans la chaleur étouffante, une jeune femme d'une vingtaine d'année, piochait rageusement dans le sol craquelé par la canicule qui sévissait depuis son réveil.
Déjà quatre jours avaient passées depuis qu'elle s'était réveillée, grandement affaiblie et rongée par les parasites, sur une berge de la presqu'île du cimetière Amaknéen.
Il lui avait été alors fort difficile de bouger car sur sa cuisse une plaie béante ,purulente et encore poisseuse de sang avait été pratiquée. Un détail cependant l'avait marquée: son agression devait dater de plusieurs jours, mais le sang de la blessure n'avait pas coagulé.
De plus,lorsqu'elle avait observée la plaie après l'avoir rincée, elle s'était aperçue contre toute attente que celle-ci était "saine": la pellicule sanguine l'avait comme protégée des insectes.
Mais cette énigme n'était pas la seule, son corps entier avait étrangement réagit: ses cheveux avaient poussés, son ouïe, bien que fort développée pour un disciple Crâ, lui semblait s'être grandement améliorée et surtout une grande mélancolie l'avait gagnée.
Disloquant avec force une motte de terre parsemée de bris d'os, elle songeait au corps familier qui devait gîre à quelques centikamêtre sous ses pieds. Une odeur âcre émanait de la terre fraîchement retournée..cette odeur la crâette l'avait déjà humée...Mais ou? Il y avait comme un grand vide dans sa mémoire.
Elle se souvenait pourtant précisément de son enfance passée dans les bras de la vielle et grisonnante Enyleve qui la couvrait de milles attentions; de leur petite maison près des bords de la Kawaï ou toutes deux allaient les beaux jours ,armées de tamis, racler le lit de la rivière pour en arracher quelques pépites. Il y avait aussi son adolescence et la douceur des étreintes de son cher Gänhon. Elle se rappelait avec amusement leurs intimes rendez-vous dans les champs Ingalsses et de leurs folles courses pour échapper à la fourche pointue d'un Farle déchaîné...
"Aaah!" La crâette poussa un hurlement terrible, la température avait soudainement baissée, de la buée s'échappait de sa bouche d'où coulait un filet de sang. Apeurée, elle jetait des regards terrorisés autour d'elle.
Une lande désertée par la vie, des arbres blafards semblables à des squelettes, par terre des flaques d'eau croupie sucés par quelques touffes d'herbes d'une infâme couleur jaunâtre .Les larmes ne tardèrent pas à inonder ses yeux citrins et les tremblements son corps à demi-nu.
Ses pieds déchaussés battaient le sol glacé comme son cœur battait la chamade, tentant vainement d'échapper à ce lieu infernal. L'échine courbée, elle courrait à en perdre haleine, noyant de larmes ses joues fouettées par le vent violent qui mugissait à ses oreilles. Soudain, un long hurlement se fit entendre, signe qu'une meute de crocs glands venait de la prendre en chasse.
Sa course devint alors encore plus désorganisée, la faisant slalomer maladroitement entre les buissons épineux. Elle sentait dans sa main droite sa pioche trempée de sueur qui commençait à devenir glissante. Tout à coup le sol se déroba sous ses pas ,lui laissant échapper un second cri.
Après un court vol plané, elle s'étala lamentablement dans ce qu'elle perçut être les reste d'un bûcher. Elle revint à elle après quelques instants mais qui furent de trop pour pouvoir éviter la mains décharnée qui la saisit par la gorge et la souleva de terre.

"Wink,regardes là-bas! C'est un bébé pandawa! Viens vite,on va l'chopper!" Le jeune akwadalien regardait avec stupéfaction la crâette courir après une petite boule de poils apeurée. "Va pas trop loin quand même!" lui cria t-il alors qu'il voyait la jeune fille s'enfoncer vers la jungle, tout en sachant que cette dernière ne l'écouterait pas. Quelle petite sotte..vouloir s'approprier ainsi un être vivant, pour qui se prenait-elle? En même temps, lui en faire le reproche le conduirait à se froisser avec son frère, chose qu'il ne souhaitait pas. Gänhon l'avait habitué durant toutes ces années à ramener toutes sortes de bestioles à la maison, du tofu au craqueboule, alors pourquoi pas le fils d'un de ces salauds de pandikazes...Mais cette fille avait vraiment un comportement futile qui le désespérait au plus haut point.
Et puis, qu'en avait-il donc à faire de cette petite insouciante? Après tout il devait juste l'escorter à travers la bambouseraie aërdalienne, pas la prévenir du danger qu'il y avait à emporter avec soi le rejeton d'un clan de coupe-jarrets. "Et zut ! Cette gourde serait capable de nous apporter des ennuis à tous les deux!" siffla t-il avant de s'élancer à sa poursuite.

La frondaison ombrageait agréablement le chemin mousseux, le bruit des cimes des bambous s'entrechoquant sous le vent léger était des plus agréable en ce beau mois de Fraouctor. Même si l'endroit était dangereux, Wink ne pouvait s'empêcher de se sentir à l'aise dans ces bois, peut-être était-ce la mélancolie de n'avoir pas grandit sur Pandala?
"Andaine, appelait-il ,dépêches-toi de réapparaître,c'est vraiment pas le moment de se perdre! ". Le pandawa était inquiet, son petit frère ne lui pardonnerai jamais que sa petite amie se fasse blesser par un manque d'attention à son égard.
Un cri de joie et un bruissement à quelques pas de lui, signe que la crâette avait fait mouche.
"Hé hé, je l'ai eu! Regardes Wink!" dit-elle en empoignant le petit être ,qui se débattait avec énergie, par la peau du cou.
"C'est bien, Andaine, je suis fier de toi..Dit sur un ton empressé le pandawa consterné, Mais faut se tirer en vitesse d'ici, l'endroit est trop calme pour ne pas être louche!" .
Pendant que la jeune fille s'empressait de blottir le pandawion dans son sac à dos ,sans faire attention à ses grognements, le guerrier la traînait par le bras et les pressaient vers l'orée de la bambouseraie.

L'étreinte autour de son cou lui était insupportable. Ses cris épouvantés accompagnaient les flots de salives qui jaissaient hors de ses lèvres, qui avaient virées du rose au bleu. La seule chose qu'elle vit quand elle eue le courage d'entrouvrir un œil fut une immense mâchoire à la dentition pointue fondre sur elle. Rassemblant ses maigres forces, elle remua la tête avec furie comme pour s'opposer à l'inévitable. La main saisit alors la jeune fille à l'agonie par le haut du crâne. La créature fit claquer sa langue et commença à promener celle-ci le long du cou de sa victime en insistant sur les sillons qu'elle avait créés en strangulant ses chairs. Le contact était foudroyant de douleur, les plaies devinrent ardentes au passage de la langue répandant une salive froide des plus visqueuses. Le long mouvement de balayage cessa quand un flot de sang vint inonder le torse de la crâette. Elle sentie alors la pioche se dérober de dedans sa paume. Dans un ultime effort elle l'empoigna et lacéra d'un mouvement circulaire la poitrine du vampire.Un flash l'aveugla.
Andaine était en nage.
Elle était à présent étendue sur la terre puante du cimetière amaknéen, les yeux exorbités elle fixait d'un regard vide le ciel nocturne. Elle s'épongea maladroitement du dos de la main la sueur qui continuait de dégouliner de son front. Se relevant brusquement, elle se massa le cou et constata avec soulagement qu'il n'y avait aucune entaille. Dans quelle folie avait-elle sombré ? Peut-être était-ce la chaleur annonciatrice d'un imminent orage qui lui avait fait perdre la raison?
Enfouissant sa tête dans ses mains, elle ressongea à ce macabre rêve et autres moments de délire qui lui étaient apparus depuis son réveil. D'ailleurs, si la personne qu'elle exhumerait dans la prochaine demi-heure était celle qu'elle avait visualisée dans le flash d'hier, cela voudrait dire que ces visons n'étaient par le fruit d'un cerveau malade ! Elle saisit son outil et recommença à piocher le sol marqué par la décomposition, plus déterminée que jamais.
En raclant la terre, le souvenir de la capture du petit pandawion lui revient en mémoire:
"VAGUE A LAME!" rugissait Wink, faisant se déferler sur leurs assaillants d'immenses lames de fond. La proximité de la mer avait au moins cet unique avantage d'amplifier les attaques du guerrier akwadalien même si le pont tanguait dangereusement et menaçait de se faire emporter par les déferlantes qui se brisaient sur ses arches. La grande agilité des guerriers pandikaze ne leur servait qu'a garder leur équilibre sur cette masse mouvante et malgré tout, les attaques répétées du disciple de l'eau arrivait à creuser la distance entre eux et lui. Andaine tenait son sac plaquée contre sa poitrine, le dos courbé par les trombes d'eau qui leur pleuvaient dessus à chacune des attaques de Wink. Ils leur restait plus d'un kamamêtre à faire avant de rejoindre la côte astrubienne, chacun espérant que le charme de stabilisation faiblissant puisse tenir jusque là. Les renforts adverses venaient juste d'arriver alors que l'autre rive leur apparaissait nettement. "On arrive, Wink, courage!" suppliait la crâette, ne pouvant contenir les élans brutaux du bébé pandawa effrayé.
En guise de réponse, le puissant guerrier attrapa la crâette par les hanches et la lança par dessus sa tête avec une force herculéenne.
"FAIS EN SORTE DE BIEN TE RÉCEPTIONNER !" lui hurla t-il alors qu'elle volait droit vers la côte..et des fractures certaines!
Toc !
La pioche venait de heurter quelque chose. Se baissant pour dégager à mains nues la blanche stèle de marbre, elle aperçue gravé dessus l'épée et les ailes blanche de la cité de Bonta. Le couvercle du sarcophage était fendu sur le côté et plusieurs des morceaux étaient tombés à l'intérieur du cercueil. Une odeur infâme s'échappait de l'intérieur de ce dernier donnant une migraine nauséeuse à la crâette profanatrice.
Se couvrant le visage d'un bout d'étoffe elle commença l'inspection dégageant les morceaux de pierre du cadavre.

_"Suivant ! Mademoiselle..Andien..Andin..?"
_"Andaine,monsieur.."
_"Soit..Andahine. Je vous écoute: quelles sont vos motivations à integrer la milice de Bonta?"
_Hum... J'ai ici une lettre recommandée de mon maître alchimiste Uba Tessé m'envoyant perfectionner mon apprentissage auprès de maître Jack Noir qui, comme vous le savez, subordonne les recherches médicales et technologiques de l'armée bontarienne. Ma présence ici est donc suscitée par le désir d'être utile au bien de la grande cité qu'est la vôtre et de contribuer au bien-être de ses habitants.
_"Bien, bien..J'ai votre dossier sous les yeux, il m'a l'air concluant. Mais je ne trouve pas votre certificat d'aptitude militaire? Il est pourtant nécessaire à toute entrée à l'académie, vous savez?"
_"Je l'ignorais, monsieur. Aucun document de ceux que j'ai consultés ne m'en avait..."
_"C'est une mesure récente afin d'éviter l'intrusion d'espions brakmariens. Mais rassurez-vous, Bonta est si bien protégée que Djaul lui même ne pourrait pas y entrer!"
L'examinateur éclata d'un rire bruyant et voyant le sourire forcé de la crâette, enchaîna:
"Rappelez-moi votre âge, Andouine ?"
_"Je viens de fêter mon dix-neuvième été mais..."
Le militaire l'arrêta et ,se penchant à une fenêtre donnant sur la cour de la milice, aboya:
_"SERGENT RETIA ! J'AI BESOIN DE VOUS ICI ET PAS EN BAS, RAMENEZ-VOUS ! ET EN VITESSE !"
Andaine, gênée, entendit un bref "A vos ordres mon capitaine!" qui résonna, suivit d'un concert de bruits de pièces métalliques s'entrechoquant et grinçant. Elle entendait les pas pressés se rapprochant, gravissant avec hâte l'escalier jusqu'à la salle de l'entretien.
_"Vous m'avez demandée mon capitaine?"Dit une jeune femme blonde portant l'armure de fer blanc de l'armée bontarienne.
_"J'peux savoir ce que vous foutiez en bas?" D'un geste de la main il fit signe à sa subordonnée de se taire, puis il reprit: "Enfin, une autre fois, la petite jeune là n'a pas son certificat d'aptitude. Je compte sur vous pour le lui faire passer. Et vite, je le veux d'ici une heure!"
_Mais mon capitaine, mon service se termine dans vingt minu..
_Je m'en fout!" Coupa t'il, "Vous avez des ordres, vous obéissez point barre! C'est pas comme ça que vous l'aurez vot' promotion!
_"A vos ordre mon capitaine."Dit-elle d'un ton sans joie.
D'un signe de la tête, Reita fit signe à Andaine de la suivre. La crâette se releva d'un bond et d'un pas pressé et mécanique tallona le sergent de peur de subir une nouvelle colère du capitaine.
Elles descendirent au rez-de-chaussez et Luk la fit entrer dans une grande salle capitonnée de tatamis.
_"T'as ton arc avec toi?" Dit-elle sans même jeter un regard à son interlocutrice. La crâette marmonna un "oui" discret et matérialisa dans sa main un arc aux reflets bleutés dans l'indifférence la plus totale.
"_On dit "oui sergent". C'est pas la place marchande ici, faut bien que tu t'en rendes compte! T'obéis et tu te conforme aux règles, ou tu dégages!" Elle dit ceci d'un ton froid et sec, ne daignant même pas se retourner. La milicienne dégaina avec majesté une lame épaisse de son foureau et la pointa vers l'archère.
_ "Alors qu'attends-tu? Si tu crois que cet examen va se passer sans rien faire, tu te trompes lourdement !"
[...]


Dernière édition par Andaine le Jeu 5 Juin - 11:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andaine
₪ Wagna Sympathique ₪
₪ Wagna Sympathique ₪
avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Age : 28
Localisation : Plus par ici que par là..
Humeur : Instable
Date d'inscription : 04/05/2008

MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Jeu 5 Juin - 11:11

Sans un mot, Andaine, refroidie par l'antipathie du sergent, banda son arc, décocha une volée de flèche et recula vivemement . Luk avait chargée vers elle et faisait virevolter sa lame comme s'il s'agissait d'une vulgaire brindille, la crâette parvint à l'éloigner d'un trait enflammé, ralentissant son adversaire suffisamment longtemps pour parer son second d'assaut. "La vache, elle retient pas ses coups!" s'indigna Andaine pour elle même. D'un salto elle feinta le coup d'estoc et lança une nuée de flèches enchantées qui se matérialisèrent au sol par un mur de glace. Concentrée sur l'ouvrage, elle ne vit pas le violent coup du dos de lame s'abattre sur ses omoplates, la projetant au sol avec une grande violence. Une roulade sur le flanc lui évita de justesse l'épée qui fondait elle. Profitant de l'esquive elle se releva et bondit derrière du sergent Reita ,d'un geste rapide elle saisit la corde de son arc et entreprit de l'étrangler avec. Il fallut une simple ruade pour désarçonner la crâette qui tomba sur le ventre,étourdie par le choc et à la merci de la milicienne . Soudain, au grand étonnement des deux guerrières, un disciple Sram surgit dans la pièce d'entraînement le souffle court et se précipita vers elles.
_" Luk! Vite,Luk donne-moi la potion de téléport ! Ils me cherchent tous dehors !"
La jeune femme regardait tour à tour le sram paniqué et la crâette surprise. Elle tira le bras d'Andaine et d'une bousculade l'envoya dans un coin de la pièce, puis, jetant un regard à la porte entrouverte d'où s'échappait une agitation inhabituelle. Elle fixa l'inconnu de ses yeux clairs.
_"YAAAAH!" Contre toute attente, la millicienne se rua sur l'homme et enfonça sa lame entre les côtes laissant jaïre un torrent de sang. Le disciple sram s'effondra dans un long hurlement plaintif. Andaine à son tour laissa échapper une exclamation de terreur pendant que la porte s'ouvrait à la volée. Un escadron de soldats bontariens s'engouffra par l'étroite encadrure. Ils encerclèrent en moins de temps qu'il ne faut pour le dire le groupe et un homme de grande taille, arborant l'armure des colonels d'infanterie, fendit la palissade de miliciens et se dirigea vers sa subordonné.
_"Sergent Reita Luk, votre supérieur le capitaine Louh Hig vient d'être assassiné. Il semblerait que le l'homme à vos pieds soit son meurtrier,envoyé par Brakmar."
_"Qu..Quoi? Le capitaine n'est plus..et cet homme est son agresseur? ...Excusez-mon geste, Colonel Mütarhd, ce misérable à menacé mon élève et je suis intervenue pour la protéger...Pardon si mon acte va vous gêner dans votre enquête, je ne pouvais faire autrement ! Soyez-en sûr mon colonel !
_"Nous réglerons cela plus tard. Sergent, au regard de votre bravoure et de la perte de votre supérieur, vous héritez du poste. Mes félicitations, Capitaine Reita."

Ce qui la choqua le plus en examinant la défunte fut l'entaille profonte au cou qui lui avait déchiquetée les tissus, comme si elle avait été agressée par un fauve. Au dessus de ses orbites déffoncés, une masse de cheveux blonds d'aspect pailleux. Tournant son regard vers le torse de la morte elle dégagea soigneusement la peau de bouftou qui servait de linceul traditionnelement aux disciples de Féca. Sous ses oripaux décomposés, diverses amulettes et une insigne de la garde bontarienne. Effleurant la médaille du bout des doigts, un violent mal de crâne la prit soudain..un vertige..
La jeune fille se trouvait tête en bas.
Un de ses pied était entrelacé dans une corde de chanvre, l'autre enroulé autour du tronc de l'arbre géant sur lequel elle s'agrippait.
En dessous d'elle c'était le vide.
La distance qui la séparait du sol était d'au moins trente kamêtres. D'un geste totalement maîtrisé, elle donna du leste sur la corde, descendant silencieusement dans la nuit.
Des bruits de féraille s'entrechoquant parvenaient à ses oreilles signe que sa proie approchait. La jeune acrobate saisit la corde à deux mains et entreprit une descente en rappel.Le sol se rapprochait de plus en plus, elle pouvait déjà sentir l'odeur de la sueur des soldats et le musc de la dragodinde que sa victime chevauchait. Se libérant de l'étreinte de la corde, elle se propulsa jusqu'au tronc voisin et ainsi de suite jusqu'à se mettre à bonne distance du groupe de miliciens. Elle extirpa alors vivement une des deux dagues de sa ceinture qu'elle lança avec force dans la direction contraire à celle des soldats. Conformément à son plan, les soldats se ruèrent vers le la cible du jet, délaissant leur capitaine. Le moment était venu, Andaine, d'un coup de langue fit luire ses crocs acérés et piqua vers sa cible. Le vent sifflait à ses oreilles et faisait claquer sa cape, l'assaut était lancé et elle se savait déjà triomphante. Quelques instants et un claquement de mâchoire plus tard, Luk était égorgée, son sang se rependant en cascade sur son plastron. Crachant les bouts de chairs fraîchement arrachés, l'assassin désarçonna sans mal la victime de sa monture. Baissant la tête, elle répondit à l'ultime regard de la mourante par un sourire narquois avant de lancer la dragodinde au galop.

_"Mais dis-moi petite chose, qu'as-tu à rêver alors que tu n'as pas fini ton travail ?"
Andaine sursauta, une voix douce mais d'une grande froideur l'interpellait. Elle se hissa laborieusement hors de la fosse et chercha son locuteur du regard.
" Ni hi hi, je suis ici sans n'être plus là..et toi tu n'est plus là en étant ici. Lève la tête, chétive marionnette, admire ton maître perché comme un corbac sur son charnier."
La crâette s'exécuta et vit alors un homme sur la branche basse d'un orme. La ramure blanche de l'arbre se confondait avec sa peau livide et seuls ses cheveux blonds cassait l'harmonie des teintes. Ses avant-bras dégoulinaient d'une substance noire et visqueuse qui suintait jusqu'au bout de ses ongles prohéminants. Malgré sa peur, Andaine sentait un excitation euphorique la gagner et elle lui cria:
_"Descend donc,histoire qu'on voit si t'es aussi loquace avec avec la mâchoire cassée!"
_"Ni hi hi, ne te rends-tu pas compte que tu n'es absolument pas en position de me défier?"
_"Je ne me planque pas dans les arbres, moi ! Mais si je t'effraie trop, je peux toujours t'aider à tomber !"
A ces mots, elle matérialisa son arc et décocha une flèche enflammée vers son rival.
Grossière erreur.
_"Hi hi..COOPÉRATION !" Gloussa le sacrieur .Un liquide nauséabond enveloppa alors la crâette qui se retrouva perchée à la place de son adversaire, et dans la ligne de mir de son jet. Le trait ensorcelé lui arrivait droit dessus.
Surprise par l'improviste de la situation elle n'eut même pas le temps d'esquiver. La flèche incandescente lui écorcha l'œil, lui brûla la joue de la commissure de la paupière au lob de l'oreille avant de finir sa course contre le tronc de l'arbre dans un tourbillon d'écorce. Elle perdit l'équilibre et se rattrapa de justesse aux jeunes branches, pendant que la vision de son œil gauche s'amenuisait peu à peu. En contre-bas le disciple sacrieur s'esclaffait bruyamment.
_" Tiens-donc, mais c'est Luk Reita, la milicienne de pacotille. Dit-il en se penchant sur le sarcophage. T'as pas un peu maigrie ? Il saisit entre deux doigts une mêche de cheveux du cadavre et joua à faire cogner sa tête décharnée contre les parois du cercueil. En tout cas, tu me plaît beaucoup plus maintenant ni hi hi!"
D'un geste distrait il fit un moulinet de poignet vers la crâette et l'attira à lui avec un lasso de sang.Une fois de nouveau au sol, celle-ci se décalla vivement de lui et d'un ton narquois s'enquit:
_"C'est pas la peine d'espérer à une réponse de sa part, tu sais?"
Les yeux du sacrieur se plissèrent et un large sourire découvrit ses canines pointues. Comme un enfant avec une poupée de chiffon, il attrapa la tête du cadavre et d'un geste de l'index remonta sa mâchoire béante donnant l'impression que la charogne articulait des mots. Le jeune homme semblait comme exalté par son petit jeu et riait comme un gamin.
_"Hi hi hi ! Luk à été méchante, oh la vilaine traitresse ! Mais Cyric va PUNIR la méchante fille ! Ni hi hi hi !
Jubilant il trancha le cou du cadavre d'un coup d'ongle et rit de plus belle en agitant le corps décapité devant la crâette. Bien qu'impressionnée par le spectacle, elle tenta de garder son sang froid et fixa avec un air de défi le sacrieur de son œil valide. Le jeune homme lança machinalement la trépassée dans la fosse et planta à son tour ses yeux blancs dans ceux de la crâette.
Le silence revint sur le cimetière, l'air était lourd et respirait l'humidité. Au dessus de leur têtes, les cimes de arbres se faisaient balloter par le vent chaud dans des grincement sinistres. Les corbacs qui s'étaient attroupés sur les branches basses pour profiter du spectacle, quittèrent leur loge dans des claquements d'aile et des croassements indignés, dérangés par le tangage du tronc.
Andaine en profita pour observer le dit Cyric. Il lui semblait complètement différent à présent, il avait le regard grave et innocent d'un enfant malade, sa bouche légèrement entrouverte faisait ressortir ses joues rebondies. Ses tatouages paraissaient être à présent le résultat d'amusements avec une palette de couleur. Le liquide dont ses bras étaient enduits,virait du noir d'encre au rouge carmin, il avait quitté sa posture droite pour une tenue plus souple et se balançait d'un pied sur l'autre, le regard vague comme un petit iop devant une armurerie. Fascinée elle sentit une émotion étrange la saisir, comme possédée elle murmura:
_Mère, pourquoi me rejettes-tu ? Suis-je...
_"..un mauvais fils? T' ai-je déçue, Mère ? Continua Cyric sur le même ton, sans détourner son regard de celui d'Andaine.
_ Pourquoi..ce dégout sur ton visage, pourquoi ces humeurs mauvaises, pourquoi mes larmes ...
_...Coulent-elles quand je te vois, Maman?

Une goutte tomba, suivie d'une seconde et d'une troisième. De petites auréoles sombres se formaient sur le sol et se multipliaient jusqu'à changer la terre aride en boue liquide.
Les clapotis et les gargouillements de l'eau créaient une symphonie qui étouffait les sons de la nuit et soustrayait aux oreilles de l'étrange duo qu'était le sacrieur et la crâette, l'arrivée sonore de deux autres individus.
_"Argh...Mère.. ,Cyric haussa le ton, Pourquoi m'as-tu frappé? "
Ils étaient deux.
L'une était une sacrieuse aux cheveux azurs et détrempés, l'autre un homme à la carrure imposante, des muscles saillants, une peau martelée par la pluie et couverte de cicatrices.
L'une avait une longue pelle aux angles tranchants, l'autre une épée à la lame semblable à un croissant de lune.
La première, d'une taille moyenne foudroyait du regard la scène. Le second avait les membres animés par des tremblements de haine. Sa posture le montrait prêt à lancer l'assaut et impatient de le faire.
_" ..Cette blessure d'une mère envers son fils va se payer.." déclamait la crâette.
Ils étaient quatre.
Deux était face à face et pleuraient, deux autres, camouflés par la brume frémissaient de rage.
Andaine avala une goulée d'air et hurla: "JE TE TUERAIS KHYRRAAAAaaaargh..."
Le sang gicla et un sourd bruit de chutte brisa la mélodie monotone de la pluie qui tombait .
Cyric debout et droit sous l'orage encore torturé par ses souvenirs, fixait l'air perdu le corps gisant de son interlocutrice.
La jeune sacrieuse croisa ses bras sanguinolants et regarda anxieuse le garçon délirant. Le guerrier Iop lui, retirait avec violence une lame rougeoyante du corps de sa victime. Andaine était face contre terre, un flot de sang coulant de la lame qui , quelques secondes plus tôt, lui avait transpercées les entrailles, faisant grossir la flaque dans laquelle elle était couchée.
_"J'ai froid, j'ai froid sussurait-elle.. Ga..Galeat.. s..sois-heu..eux ..on a..ou..r.." ses paroles devenaient inaudibles et désorganisées. Ses sens se perdaient. Un brouillard blanc lui brouillaient la vision.
Un masque serein s'étala alors sur son visage torturé.
Ils étaient trois.
La sacrieuse attrapa les bras de Cyric qui se débattait, pleurait et gémissait, dans une étrange étreinte. Le Iop se plaçât en retrait et s'approcha du cadavre décapité de Luk . Il retira avec habilité une alliance d'or du doigt de la morte et la fourra vivement dans une poche. Se retournant vers le corps de la crâette, il lui palpa le cou dans un geste précis et maîtrisé :
_"Plus de pouls, elle est morte ."
Il chargea le cadavre encore tiède sur son épaule et rejoingnit le groupe . Dans son dos, la tête de la crâette ballotait. Le Iop ne vit pas un petit œil jaune s'ouvrir avec malice.
La pluie tombait sur le cimetière d'Amakna ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kharasu
₪ Wagna Sympathique ₪
₪ Wagna Sympathique ₪
avatar

Masculin Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Planqué derriere Tayuuya
Humeur : en manque
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Jeu 5 Juin - 13:15

Kharasu se reveilla, l'esprit assaillé par les décharge d'adrénaline que les pensées de Tayuuya avait déversé au sien de ses songes.

"Décidemment, je préfére les rèves de Jayshaa à ceux de cette maso"

Grogi, balourd, il descendit à la taverne, heureux de n'y croiser personne. Il se servit une pinte de cette bière tant prisée, prenant soin d'effacer les traces de son passage, et entreprit la lecture du parchemin laissé sur le comptoir.

Sa lecture ayant entretenue sa mauvaise humeur légendaire, il pestait seul face au texte.

"En voila encore une d'histoire débile, sans queue ni tête. Elle le connait le Cyric ou pas? Et c'est quoi cette histoire de bontarienne et de brakmarien?..."

L'oeil maussade, il se reservi une bière, négligeant cette fois ci une belle auréole de sa pinte sous le robinet du fût.

"Pourquoi tous les malades du coin décident de se reunir ici? Et c'est quoi ce rapport avec cyric, serieux?"

Il jette le parchemin sur le comptoir, ayant terminé de se mettre de mauvaise humeur pour la journée, et décidé a faire payer cette mauvaise humeur à tout semblant d'existance qui croiserait sa route.

[HRP]

Le texte est très agréable a lire, ton style d'écriture est souple, les phrases ni chargées, ni trop courtes. Par contre, il y a quelques soucis dans l'enchainement des faits, on sent que cela a une logique pour toi, qui se laisse mal deviner. Dur hein l'écriture?

Wink

Moi c'est l'inverse, souvent trop de fioriture, mais un enchainement qui se tien (enfin j'espere Embarassed ).

Enfin, avis subjectif, pour ma part ta candidature me plait et pour t'avoir vu oeuvrer en rp a la place de cyric, je suis pour Wink

[HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saty
₪ Wagna Wockeur ₪
₪ Wagna Wockeur ₪
avatar

Féminin Nombre de messages : 203
Age : 27
Date d'inscription : 13/01/2008

MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Jeu 5 Juin - 21:15

Satyrane, après une nuit de sommeil, se rendit à la taverne pour boire une bière. En rentrant, elle remarqua un tas de choppes entassées.

"Kharasu est encore passé par là... Il peut pas ranger ce boulay...", pensa la jeune sadida.

Ces soupçons furent confirmés par le corps inerte de Kharasu qui s'était endormi dans un des tonneaux appartenant à Katsino que l'eniripsa avait surement vidé à lui tout seul. Avec son bâton, elle toucha Kharasu dans le but de le réveiller.

"Humpf? SATY...on t'a déjà dit que tu étais emmerdante? répliqua Kharasu
-Je ne compte plus le nombre de fois où on m'envoie ce compliment... et toi, boulay, on t'a déjà dit que tu étais bordelique et pas discret?
-....J'avoue...Mais j'ai une bonne excuse cette fois!
-Laisse moi deviner, tu t'es encore fait ridiculiser par ton épouse?
-NON! Y'a une candidature qui a été déposée et j'en ai profité pour vider un tonneau de la réserve personnelle de Katsi...
-Une candidature? Mais quelle bonne nouvelle!"

Satyrane prit donc le parchemin que Khara tenait dans ses mains et lut sans lever les yeux vers Khara qui s'était remis à boire.

"Son histoire est quelque peu compliquée à comprendre mais je pense qu'elle peut être une bonne recrue", pensa Saty

[HRP] J'émets donc un avis positif pour ton entrée dans la guilde. Quand j'ai vu la longueur, j'ai été découragée mais j'suis rentrée dedans dès les premières lignes :p DONC OUI pour moi x)[HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kharasu
₪ Wagna Sympathique ₪
₪ Wagna Sympathique ₪
avatar

Masculin Nombre de messages : 59
Age : 36
Localisation : Planqué derriere Tayuuya
Humeur : en manque
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Ven 6 Juin - 15:18

[HS]

Saty change de signature ca caynul é_è

[HS]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyage
₪ Gros Wagna ₪
₪ Gros Wagna ₪
avatar

Nombre de messages : 137
Localisation : Toilettes d'Ankama Studio, derrière le passage secret
Humeur : ???
Date d'inscription : 01/03/2008

MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Ven 6 Juin - 16:06

Un coup de vent souffle sur la Taverne. Un Féca étrangement vêtu se tient dans l'embrasure de la porte. Il pense à ce qu'il vient de lire sur le parchemin, aéré par les brises qui secouent régulièrement cet endroit.

Evidemment, il avait trouvé sur la table ledit parchemin, Satyrane endormie devant une chope à moitié vide (ou pleine, qui sait ?) et Kharasu au fond d'un tonneau, reconnaissable car seuls des pieds sortaient du baril...
Décidemment, avait-il pensé, Kharasu abuse beaucoup trop de l'alcool...

Il avait relu de long en large la lettre, espérant pouvoir trouver un indice qui lierait les propos de la crâette. Peine perdue, mais l'histoire était intéressante.

Il se contenta d'écrire ce qu'il pensait...

[/HRP, ou aussi ce que j'ai écrit sur la lettre] ... Pour, car le mystère invite à la découverte, la découverte à l'exploration, et l'exploration à l'Equilibre.

Il laissa ces mots étranges et se retrouva donc dans l'embrasure de la porte... Le vent qui balaya le plateau fit se claquer la porte. Il avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsino
₪ Wagna Wockeur ₪
₪ Wagna Wockeur ₪
avatar

Masculin Nombre de messages : 156
Age : 33
Localisation : Dans sa barbe
Humeur : Poilante !
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Ven 6 Juin - 22:29

Katsino, réveillé pas la personne qui avait laissé les portes claquant toutes les minutes, était de mauvaise humeur ... Il le savait, seul un bon fût lui raffraichirait sa journée et lui ferait voir la vie du bon côté.

C'était sans compter sur l'ignoble Kharasu et la sadique Saty qui lui avait visiblement sifflé ces bières ! S'approchant des deux compères, encore noyé dans leur ensommeillée ivresse, il s'apprêtait à leur flanquer la rouste qu'ils méritaient, vraisemblablement la pire de leur vie ... Heureusement pour eux, les yeux du sadida était beaucoup plus vif que sa démarche légendairement non chalante, et cela lui permit d'apercevoir ... la pinte de Satyrane à moitié vide. Connaissant la durée de vie de la chose en cette taverne, il accéléra le pas et saisit son bonheur encore abondamment mousseux, se pourlécha et commença à engloutir le tout quand il vit le parchemin.

Posant son verre, chose déjà exceptionnelle, il retira délicatement la missive de sous la tête de Satyrane (prouvant ainsi que la bière pouvait calmer tous ses courroux) et entama sa lecture. Passionné, il dévora la lettre (des yeux évidemment) en quelques minutes et ne put qu'être exalté par le récit qu'il venait d'y lire. Cependant, une question demeura dans son esprit : Comment cette lettre avait attéri (Problème avec Laure sur ce mot donc Help sivouplé Rolling Eyes ) dans la taverne ? Ou, en d'autres termes, qu'était devenu Andaine ...


[HRP] J'ai été passionné (oui oui comme Katsino) par ton récit. Si tu ne devais être jugé que la-dessus, j'imposerai ton acceptation, par la force si il le faut même, aux possibles sceptiques. Wink [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerina
₪ Wagna Wockeur ₪
₪ Wagna Wockeur ₪
avatar

Masculin Nombre de messages : 203
Age : 27
Localisation : A ma maison.... (> >)
Humeur : Mal à l'aise
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   Mer 25 Juin - 10:47

[HRP]Comme personne ne s'est dévoué, je le dis:
Acceptée.[HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Andaine, qui ne boit jamais... de vin (huk huk huk)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adieu Levan III du nom,on ne vous oublira jamais....
» Mon lapin ne dort jamais :)
» [TV] Ce soir ou jamais : Enseigner l'histoire
» Il parle presque jamais ?
» Certaines personnes ne changerons jamais | ft.Gabriel McAllister

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ragna Rocks :: ₪ Toi aussi tu viens pour l'aventure ? ₪ :: ₪ Centre paperassier de recrutage ₪-
Sauter vers: